1. Gestion
  2. Fiscalité
  3. Actions gratuites: vers un changement de fiscalité

Actions gratuites: vers un changement de fiscalité

Je veux être accompagné
Je veux être accompagné
Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Cofondateur de Captain Contrat, Maxime a débuté en analyse de risque financier et a évolué sur des enjeux d'innovation dans la distribution. Il est diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

La fiscalité sur les actions gratuites va encore subir un changement de par l’impact de la « flat tax » à 30% que met en place le gouvernement d’Edouard Philippe. A priori, ce nouveau changement devrait rapprocher la fiscalité des actions gratuites de celle qui était la leur à l’époque de la loi Macron de 2015. Ainsi, les actions gratuites devraient à nouveau voir la contribution patronale tomber à 20 % (contre 30% actuellement) et la plus-value d’acquisition serait imposée selon l’impôt sur le revenu (A priori au-delà d’un certain seuil).
Quant à la plus-value de cession (quand il y a vente ultérieure de l'action), elle subirait la flat tax de 30%.

 

 

Quels changements sont à prévoir ? 

 

La fiscalité des actions gratuites n’a eu de cesse de changer ces dernières années et est cette fois-ci victime de l’impact de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique de 30%. Le problème est particulièrement sensible pour le pouvoir car il concerne essentiellement les patrons et start-ups. Or cette population soutient a priori Emmanuel Macron dans sa volonté affichée de certains changements économiques et lui a été grandement favorable pendant les élections. La fiscalité des actions gratuites a donc un aspect politique non négligeable.

La nouvelle économie et les entreprises qui ont besoin de motiver leurs dirigeants ont en effet de plus en plus recours à ce dispositif et les actions gratuites ont en effet peu à peu remplacé les stocks-options dont la fiscalité est moins avantageuse qu’avant.
A l’époque de la loi Macron 2015, la cotisation patronale baissait aussi de 30 % à 20 %, avec une suppression de la sur-cotisation salariale de 10 % et un abattement de charges sur les plus-values, selon la durée de détention à l’instar de la fiscalité des plus-values mobilières. Ce dernier point (abattement selon la durée de détention) ne devrait a priori pas être de mise dans la nouvelle réforme.

Avec la dernière loi, le régime fiscal des actions gratuites, lors de la revente, était devenu assez compliqué :

– la fraction du gain qui ne dépassait pas 300 000 € était imposée selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu après, le cas échéant, divers abattements selon la durée de détention prévus pour l’imposition des plus-values mobilières ; puis cette fraction du gain était soumise aux prélèvements sociaux sur revenus du patrimoine

– la fraction du gain qui dépassait 300 000 € était imposée comme un salaire, d’après le barème progressif de l’impôt sur le revenu, sans que soit appliqué un quelconque abattement pour durée de détention ; puis cette partie du gain était aussi soumise aux prélèvements sociaux sur les revenus d’activité et à la contribution salariale spécifique de 10 %.

Avec le prélèvement forfaitaire unique (Flat tax) de 30%, ce calcul du régime des actions gratuites disparait.

 

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

5 min
Optimiser sa rémunération de dirigeant de SAS grâce aux dividendes

L'optimisation de la rémunération des dirigeants de SAS est un enjeu majeur. Quel type de rémunération choisir ? Mensuelle ou annuelle ? Laquelle implique de payer plus de cotisations sociales

5 min
Deux façons de faire entrer un nouvel associé dans une société

Il existe plusieurs façons de faire entrer un nouvel associé au sein d’une société. Découvrez rapidement quelles sont leurs modalités d'intégration

2 min
Distribuer les dividendes d'une SARL entre associés : procédure

Comment effectuer la distribution des dividendes d'une SARL entre ses associés/actionnaires ? Cet article vous explique comment répartir les bénéfices et la distribution des dividendes.

5 min
Différences entre associé gérant, et associé majoritaire ou minoritaire

Découvrez toutes les différences entre associé gérant, minoritaire et majoritaire : quelle responsabilité ? Quel régime fiscal et social ?

5 min
Que faire en cas de décès d’un associé ?

La société peut-elle continuer à fonctionner, à exister lors du décès d'un associé ? Les héritiers de l'associé décédé récupèrent-ils leurs parts ?

3 min
EURL à l'IS ou à l'IR : quel régime d'imposition choisir ?

Il existe deux régimes d’imposition pour l'EURL : l’impôt sur le revenu (IR) et l'impôt sur les sociétés (IS). Comment choisir ? Est-il possible de passer de l'IS à l'IR ou inversement ?

5 min
Régime fiscal : la fiche compléte pour tout comprendre

Lors de la création de votre entreprise, vous allez devoir choisir votre régime fiscal. Découvrez les différents types de régimes et comment faire ce choix.

5 min
Entreprise et mariage : quels impacts sur votre société ?

Entreprise et mariage peuvent se cumuler. Vous souhaitez vous lancer avec votre conjoint ? Quels sont les impacts sur la société ou le statut du conjoint ? Quid en cas de divorce ?

4 min
Le régime fiscal de la SARL : IR ou IS ?

Comment choisir le meilleur régime fiscal pour une SARL ? Découvrez comment optimiser la fiscalité de l’entreprise en choisissant entre IS et IR.

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier