BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    HOME > CATÉGORIE CRÉER ENTREPRISE > FICHE CREATION-ENTREPRISE > Comment devenir designer indépendant ?

    Devenir designer indépendant : comment faire ?

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Faire preuve d’innovation pour proposer des produits esthétiques et pratiques : telle est la mission du designer. Après l’obtention d’un diplôme, vous souhaitez lancer votre propre entreprise sur ce secteur ? Nous vous dévoilons les 6 étapes à suivre pour devenir designer indépendant.

    Sommaire

    1. Vérifiez que vous avez le profil pour devenir designer indépendant
    2. Réalisez une étude de marché
    3. Réalisez un business plan
    4. Optez pour une spécialisation
    5. Sélectionnez votre local commercial
    6. Choisissez votre structure juridique

    Vérifiez que vous avez le profil pour devenir designer indépendant

    Une formation non obligatoire, mais nécessaire

    En fonction de votre spécialisation, vos journées seront rythmées par l’élaboration d’objets du quotidien ou d’emballages pour les produits industriels et peut-être même par l’aménagement des intérieurs ou extérieurs… Devenir designer indépendant, c’est donc réaliser des tâches variées pour répondre au cahier des charges des clients.

    Le métier de designer appartient au domaine des professions libérales non réglementées. Il n’est pas nécessaire d’être titulaire d’un diplôme ou de suivre une formation. Cependant, pour assurer votre crédibilité auprès de votre clientèle, et pour acquérir les compétences nécessaires à l’exercice de votre activité, il est recommandé d’ingérer un cursus diplômant. Vous pourrez par exemple obtenir un BTS de conception de produits industriels ou un diplôme supérieur d’arts appliqués.

    Les qualités pour devenir designer indépendant

    • De l’imagination et de la créativité ;
    • Un sens artistique très développé ;
    • Une certaine autonomie pour mener à bien les projets ;
    • Savoir se mettre à l’écoute des autres pour mieux cerner leurs besoins et attentes afin d'anticiper les tendances ;
    • De l’adaptabilité, car le design est un secteur en perpétuelle évolution ;
    • Maîtriser l’outil informatique (CAO, PAO, DAO…).

    Réalisez une étude de marchÉ

    Vous possédez bien les prérequis pour devenir designer indépendant, il est maintenant temps de vérifier la faisabilité de votre projet. Pour cela, vous devez réaliser une étude de marché. Celle-ci vous permettra de définir une stratégie pour votre petite entreprise, en prenant en compte des données sur :

    • La clientèle : il vous faut identifier ses besoins, ses habitudes de consommation et le prix qu’elle est prête à payer pour vos prestations ;
    • L’état de la concurrence : comment se structure-t-elle ? Quel est son positionnement tarifaire ? Quels sont ses atouts et ses faiblesses ?
    • Les tendances du marché : quels sont les secteurs qui ont le vent en poupe ? Ceux qui vont se développer ?

    Réalisez un business plan

    Ce document vous permettra de détailler et de présenter les données financières de votre projet aux banques et partenaires. Le business plan répond à une structure bien définie et intègre des informations sur :

    • Votre prévisionnel à court terme et à 3 ans ;
    • Vos besoins en trésorerie et financement, avec les dépenses auxquelles vous devrez faire face (acquisition de matériel, achat ou location du local, etc.) ;
    • Votre tarification…

    Optez pour une spécialisation

    En fonction de votre cursus, mais également des résultats de votre étude de marché et de votre business plan, vous allez maintenant choisir votre spécialisation. Le métier de designer s’exerce en effet dans différents secteurs d’activité, comme :

    • Le design d’espace ;
    • Le design de réalité virtuelle ;
    • Le design d’expérience utilisateur (UX) ;
    • Le design industriel ;
    • Le design de création, etc.

    Vous spécialiser vous permettra de mettre en avant des compétences pointues sur un secteur. Vous apporterez une réelle plus-value à vos clients, à qui vous pourrez facturer plus cher vos prestations.

    Sélectionnez votre local commercial

    De nombreux designers indépendants débutent leur activité à domicile. L’avantage, c’est que vous faites des économies sur vos frais d’installation. Attention toutefois, votre bail d’habitation ou la copropriété peuvent vous l’interdire. Dans certaines communes, il est nécessaire d’obtenir au préalable une autorisation de la mairie.

    Autre option, l’achat ou la location d’un local commercial. En la matière, une seule règle à suivre : bien choisir son emplacement ! Le local devra être implanté sur un lieu de passage et disposer d’une vitrine suffisante si vous comptez exposer vos créations. Bien entendu, le montant du loyer peut fortement varier en fonction de la localisation et des équipements.

    devenir_designer_independant

    Choisissez votre structure juridique

    Ultime étape pour devenir designer indépendant, le choix de votre statut juridique. Vous allez vous lancer seul, dans un premier temps, ce qui vous laisse plusieurs options possibles : la micro-entreprise, l’entreprise individuelle et une société commerciale unipersonnelle (comme la SASU ou l'EURL). Pour vous décider, prenez en compte les avantages et inconvénients de chacune de ces formes juridiques.

    La micro-entreprise

    • Avantages : c’est la structure juridique qui nécessite le moins de formalité et de dépenses pour la création d’entreprise. Vous devez déclarer le début d’activité en ligne et c’est tout ! La gestion de la comptabilité est tout aussi simple : vous devez seulement tenir à jour un registre de recettes et de dépenses. En micro-entreprise, vous bénéficiez d’un régime fiscal et social simplifié. Selon l’option choisie, vous déclarez chaque mois ou trimestre votre chiffre d’affaires (CA). Le montant des cotisations sociales dépend du CA réalisé.
    • Inconvénients : pour continuer à bénéficier du régime de la micro-entreprise, il ne faut pas dépasser 76 200 € de CA. En outre, vous ne pouvez pas déduire vos charges et dépenses, ni facturer de TVA. Enfin, votre patrimoine personnel n’est pas séparé de votre patrimoine professionnel. Vous restez redevable des dettes que vous créez, dans le cadre de votre activité professionnelle, sur vos biens propres.

    L’entreprise individuelle (EI)

    • Avantages : le formalisme est assez léger : vous devez seulement immatriculer l’EI auprès du centre de formalités des entreprises (CFE). Vous avez le choix entre le régime fiscal de la micro-entreprise ou le régime classique. Dans cette deuxième hypothèse, le CA ne sera plus limité et vous pourrez opter pour une imposition sur le revenu (IR) ou une imposition sur les sociétés (IS).
    • Inconvénients : vos patrimoines personnel et professionnel sont confondus. En tant qu’entrepreneur individuel, vous êtes rattaché au régime social des travailleurs non-salariés (TNS). Vous ne bénéficierez pas de l’assurance chômage si l’aventure tourne court.

    L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)

    L'EIRL fonctionne sur le même principe que l’EI mais présente un avantage notable : votre patrimoine personnel est protégé. Vous remplirez en effet une déclaration d’affectation, qui sépare vos biens personnels de vos biens professionnels.

    L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)

    • Avantages : elle ne nécessite aucun apport social minimal. Vous pouvez donc débuter votre activité avec un euro ! Comme son nom l’indique, la responsabilité est en cas de dettes est limité au montant des apports que vous avez réalisé. Les bénéfices que vous dégagez sont imposés à l’IR par défaut, à l’IS sur option.
    • Inconvénients : le gérant de l’EURL est soumis au régime social des Travailleurs non salariés (TNS), avec une protection faible en cas de maladie, d’accident ou de chômage. En outre, le formalisme de création est assez lourd, puisqu’il requiert la rédaction de statuts, la publication d’une annonce légale ou encore le dépôt d’un dossier au greffe.

    La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)

    • Avantages : ils sont les mêmes que ceux de l’EURL, à une différence : la loi prévoit plus de souplesse et de liberté d ans la rédaction des statuts. Vous pouvez ainsi l’organiser comme vous l’entendez. Autre atout de la SASU, le Président est assimilé salarié, avec une protection sociale plus complète.
    • Inconvénients : en SASU, les cotisations sociales pour le président sont plus élevées que pour le gérant.

    Si tout se passe bien et que vos affaires prennent de l’ampleur, vous pourrez vous associer et faire évoluer votre entreprise vers une SARL ou une SAS.

    Vous souhaitez être accompagné pour finaliser votre projet et devenir designer indépendant ? Les experts de Captain Contrat vous apportent leur assistance à chaque étape.

    Devenez designer indépendant en quelques clics Je deviens designer indépendant

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES

      fiche creation-entreprise

      Comment devenir consultant en référencement ? - Guide

      fiche creation-entreprise

      Comment devenir consultant en management ?

      fiche creation-entreprise

      Comment devenir consultant en ingénierie ?

      fiche creation-entreprise

      Devenir travailleur indépendant : quel statut juridique choisir ?

      fiche creation-entreprise

      Comment ouvrir un commerce indépendant ?

      Alex Pernin
      A propos de Alex Pernin

      Diplômé d'un Master II en droit des affaires à la faculté Paris Descartes, Alex s'efforce de rendre accessible l'information juridique afin d'accompagner au mieux les entrepreneurs

      COMMENTAIRES